Parfois, Je Rêve

Parfois, je m’assieds et je rêve. Posée, silencieuse et contemplative, les yeux grand ouverts et l’esprit en ébullition, je rêve éveillée des choses qui ne sont pas.

Parfois, je rêve. Je rêve d’un Liban uni et unique dans sa multiplicité, je rêve à des enfants fiers d’être ce qu’ils sont, des êtres humains, ni plus, ni moins.

Parfois, je rêve au Liban de Fairuz, notre seule et unique pierre préciseuse, je rêve que tout le monde ait son courage, de ne pas chanter jusqu’à ce que les hostilités cessent. Nous aussi, nous devrions apprendre à nous taire quand les mots ne servent qu’à blesser.

Parfois, Je rêve d’une population libanaise en grève de bêtise.

Parfois, je rêve que l’on se foute éperdument de quelle famille je suis, que mon prénom ne trahisse pas ma confession, que mon nom de famille ne serve pas à me placer dans une région, un village, un quartier, assortis de commentaires plus ou moins méprisants sur mon origine sociale et religieuse, sur mon potentiel de mariabilité.

Parfois, je rêve que Georges et Ali voient au-delà de Georges et Ali.

Parfois, je rêve que Elie et Abir puisse se marier, comme ça chez eux, au Liban, juste parce qu’ils l’ont décidé et qu’ils en ont le droit, sans que le abouna ne fronce les sourcils, que les parents fassent une syncope collective, que le Sheikh ne s’étrangle de furie et que les gens parlent derrière leur dos en se poussant du coude, hochant la tête d’un air entendu et émettant de petits bruits dédaigneux (tssk tsssssskkk) sur trois générations.

Parfois, je rêve de pouvoir donner la nationalité d’un pays qui me rendrait fière à mes enfants.

Parfois, je rêve de voter pour un programme et une vision politique, pour des idées plus que pour de l’argent, pour des mots et des actions et non pas pour des religions.

Parfois, je rêve que mes cousines, mes soeurs et mes amies ne soient pas stoppées dans leur carrières parce que ce sont des femmes qui n’ont pas la chance d’appartemir au bon hezb, celui du directeur ou du ministre.

Oui, parfois je m’assieds là et je rêve, l’esprit en ébullition et les yeux grands ouverts.Je m’assieds devant la mer pleine de boue de mon pays, et j’aimerais bien la nettoyer.

Parfois, je rencontre des gens qui ont les mêmes rêves.

Alors on se lève, les yeux grand ouverts et l’esprit en ébullition, et l’on cesse de rêver pour se mettre à parler.

Venez marcher avec nous à Beyrouth, Paris, Washington, Genève, et partout ailleurs le 15 mai 2011 pour la Lebanese Laique Pride https://www.facebook.com/profile.php?id=1190696935#!/pages/LEBANESE-LAIQUE-PRIDE/119614218069057

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s